img-projet

Déo Lumen

Etape projet : Accélération

commercialisation de les produits de pâtisserie à base de farines locales pour d’une part valoriser autrement la production locale et permettre aux consommateurs de pouvoir bénéficier des nutriments qui y s’y trouvent d’autre part de leur favoriser le manger sain.

Le Togo pratique l'agriculture de subsistance et l'agriculture commerciale. ... Il exporte essentiellement du coton, du cacao, des produits marins, de la farine de blé et du café. Il importe des céréales, des graisses, du sucre, du riz, de la volaille. « La balance commerciale alimentaire du Togo est structurellement déficitaire. Les exportations de produits alimentaires ont enregistré une augmentation de 34,4% en 2016, s’établissant à 57,9 millions FCFA, tandis que les importations se sont élevées à 125,4 millions FCFA (BCEAO, 2016) ». Ainsi pour rétablir la balance, le gouvernement togolais dejà près de 10 ans s’est lancé dans une valorisation proprement dite et complète des produits locaux. L’objectif est donc de mettre à profit les 48,7% de la superficie du pays qui est cultivable d’une part et de passer à la transformation locale afin d’augmenter les recettes du pays. Parmi, les denrées mises en avant s’y figure le manioc. L’utilisation du blé à la boulangerie (qui coute à l’Etat togolais chaque année environ 5 milliards de francs CFA) a fait place à la promotion des farines locales telles que le manioc.

En effet, le manioc est un tubercule cultivé au Togo et la production annuelle selon Mme Nyaku Afua Edith, Directrice des laboratoires à l’ITRA (Institut Technologique et de la Recherche Agricole) varie entre 700000 et 800000 tonnes par an. Le manioc est donc choisi pour remplacer le blé dans filière de la boulangerie en vue d’améliorer la sécurité nutritionnelle, promouvoir la production, la transformation, la commercialisation et la consommation de cette denrée. Les vertus du manioc sont multiples sur la santé : elle est composé de vitamines A et C, du Fer, du potassium et du calcium.

 Pour y arriver, l’Etat en 2019, à travers un décret officiel, a imposé un taux minimum (15-50%) dans le domaine de la boulangerie et de la pâtisserie. C’est dans cette perspective que Deo Lumen s’engage pour contribuer à la promotion de manger local en offrant des produits de pâtisserie et de boulangerie (cake, crossant, pain, biscuit…amuse-gueule) à base de farine de locales (surtout de manioc). Elle s’est donné pour objectif d’une part de  fournir les deguetteries, les cafétérias, les restaurants et hôtels qui à leur tour pourraient servir la population et d’autres parts outiller le personnel existant ou en devenir en boulangerie sur les nouvelles procédés d’utilisation de la farine locale à 100%.